Martine, J’adore mon frère

Par Gilbert Delahaye et Marcel Marlier

Liens avec DIRELiens avec DIRE :
Ignorer, Reculer, En parler
pdfImprimer la leçon :
version courte | version longue

Martine joue calmement : elle construit un château de cartes. Son frère, Jean, ne résiste pas à l’envie de détruire son château en soufflant sur la frêle construction puis en y lançant son jouet. Martine, en colère, se chamaillera avec son frère avant de le pousser avec violence. Blessé à l’arcade sourcilière, Jean est conduit par ses parents à l’hôpital. Martine est effondrée. Néanmoins, son chien Patapouf lui sert de réconfort avant que n’arrive son amie Nicole appelée en renfort. De retour, Jean montre joyeusement à Martine sa blessure soignée. Soulagée, la fillette cherche à se faire pardonner.

Dans cette leçon, le genre masculin est utilisé comme générique, dans le seul but de ne pas alourdir le texte.

RÉSULTATS D’APPRENTISSAGE (M-3)

Sélectionnez votre province pour voir les résultats d’apprentisage associés avec cette leçon.



QUESTIONS AVANT LA LECTURE

  1. Vous est-il déjà arrivé de vous fâcher contre quelqu’un que vous aimez, comme un membre de votre famille? Qu’est-ce qui s’est passé?
  2. D’après vous, quelle est la différence entre un enfant que l’on taquine et un enfant dont on se moque? Donnez des exemples. La taquinerie est quelque chose de gentil que l’on dit à une personne qui, suite à la taquinerie, se sent bien. La taquinera la fera sourire ou rire. Par exemple, quand je dis à un ami qu’il rit drôlement et que cela le fait rire. Quand je veux chatouiller un ami qui me chatouille à mon tour en me souriant. La moquerie est quelque chose de méchant que l’on dit à une personne et qui la rend triste, en colère ou la fait même pleurer. Par exemple, quand je regarde un élève avec un petit air arrogant et en disant « T’es pas bon » parce qu’il n’a pas réussi à attraper le ballon.
  3. À la maison, que faites-vous quand vous êtes triste? Prenez-vous dans vos bras un ourson, une poupée, un animal de compagnie? Parlez-vous à un membre de la famille? Appelez-vous un ami?
Voir plus des questionsVoir plus de questions

ACTIVITÉS AVANT LA LECTURE

Verbes des émotions négatives et positives

Demandez aux élèves une couleur qu’ils associeraient à des émotions négatives et une couleur, qu’ils associeraient à des émotions positives. Consultez-vous et mettez-vous d’accord. Distribuez ensuite à chacun des élèves deux cartons de couleur, l’un symbolisant les émotions négatives et l’autre, les émotions positives.

Dessinez ensuite au tableau ou à l’ordinateur le tableau suivant :


verbes des emotions
Puis, demandez aux élèves de répondre aux questions suivantes: À quelles émotions associez-vous ces verbes ou expressions verbales? Des émotions négatives ou positives?

    • Verbes ou expressions généralement associés à des émotions négatives : bougonner, se moquer, gronder (ou chicaner), se chamailler (ou se chicaner), crier, pousser, frapper, pleurer, gémir, agacer, regretter, être furieux, détester
    • Verbes ou expressions généralement associés à des émotions positives : taquiner, rire, se réjouir, être content, sourire, aimer, se réconcilier, s’entraider, s’amuser, se tenir par la main, réconforter, blaguer (dire une blague), faire un câlin

Après chaque verbe énoncé, demandez aux élèves de lever le carton qui correspond à leur réponse. Comptez le nombre de carton représentant la catégorie des émotions négatives et positives. Inscrivez ensuite dans le tableau le verbe donné et le nombre de réponses associé à chacune des catégories.

Discutez ensuite avec les élèves en leur demandant d’expliquer le mot ou l’expression, en donnant un exemple d’expérience qu’ils ont vécue ou dont ils ont été témoins. Certains verbes peuvent aller dans les deux catégories comme « rire » : rire avec une personne ou rire d’elle et « s’amuser » : s’amuser avec quelqu’un ou s’amuser à ses dépens.

Voir plus des activitesVoir plus d’activités

QUESTIONS PENDANT LA LECTURE

Pages 4-7

  1. Quand Jean pose des questions à Martine sur l’histoire des trois petits cochons, a-t-il vraiment l’intention de parler avec sa sœur ou veut-il lui faire un mauvais coup? Que pensez-vous de son intention?
  2. Jean a fait quelque chose de mal, ce qui a mis sa sœur Martine en colère. Qu’est-ce qu’il a fait? Que pensez-vous de son geste?

Pages 8-13

  1. Dans sa chambre, Martine, seule, triste et en colère, rumine des idées noires : « Jean, je le déteste! »; « Maman naurait pas dû me gronder comme ça »; « …dans cette maison, c’est toujours moi qui ai tort. » Pour chacune des trois pensées négatives, suggérez à Martine des pensées positives. Par exemple, à « Jean, je le déteste » : « Tu es fâché contre ton frère, mais tu ne le détestes pas. »
  2. Martine a repoussé son frère avec violence. Que pensez-vous de son geste? Qu’est-ce qu’elle aurait pu faire à la place?
  3. Jean tombe et se blesse. Pensez-vous que Martine est fière de son geste? Comment se sent-elle?

Pages 14-18

  1. Nicole, l’amie de Martine, est-elle une bonne amie? Donnez des exemples tirés des pages 16-18 qui montrent que Nicole est une bonne amie. Nicole est venue voir Martine tout de suite après leur conversation téléphonique. Elle a écouté avec attention Martine qui racontait sa triste expérience. Elle l’a rassurée en lui disant que son frère était « encore en entier. »

Pages 19-21

  1. Qu’a fait Martine pour se faire pardonner par son frère?
  2. Martine a dit à son frère : « C’est toi le diable de nous deux. » Son frère lui a répondu: « Pour les bêtises, tu n’es pas la dernière. » Martine et Jean se taquinent-ils ou se moquent-ils l’un de l’autre?
  3. Martine et Jean se sont réconciliés. Vous est-il déjà arrivé d’être fâchés contre quelqu’un et de vous réconcilier par la suite? Comment s’est passé la réconciliation?
Voir plus des questionsVoir plus de questions

ACTIVITÉS PENDANT LA LECTURE

1. Vocabulaire

Pour bien comprendre l’histoire, assurez-vous de bien comprendre les expressions et mots suivants. Y a-t-il d’autres mots ou expressions que vous ne connaissez pas?

Pages 4-7

  1. Le moindre courant d’air serait une catastrophe. (p. 4)
  2. Patapouf s’interpose. (p.5)
  3. Loups ou garnements, gare à vos fesses! (p.5)
  4. Le chien ne plaisante pas. (p.5)
  5. Un clown lancé avec force vient disloquer le fragile édifice. (p.6)
  6. Carreaux, cœurs, piques et trèfles virevoltent. (p.6)
  7. C’est l’empoignade. (p.7)

Pages 8-13

  1. Martine s’effondre sur son lit. (p.8)
  2. Maman n’aurait pas dû me gronder. (p.8)
  3. …je lui ai chipé son poster. (p.8)
  4. C’est toujours moi qui ai tort. (p.9)
  5. Martine décide de se confier à son ami Cédric. (p.9)
  6. Elle explose de colère. (p.9)
  7. Elle repousse l’importun. (p.11)
  8. Jean se relève dans un gémissement. (p.12)
  9. Sonné, titubant, il avance seul vers le salon. (p.12)
  10. Jean sanglote. (p. 12)

Pages 14-17

  1. Recroquevillée […], elle se met à pleurer. (p.14)
  2. Martine l’agrippe aussitôt. (p. 15)
  3. Elle se cramponne à lui. (p.15)
  4. Il m’agace. (p. 15)
  5. On se chamaille. (p. 16)
  6. C’est comme […] ses singeries devant l’ordinateur. (p. 16)
  7. J’ai été bien bête. (p. 16)

Pages 19-21

  1. Elle lui a préparé un cadeau, dans un bel emballage. (p. 19)
  2. Les enfants échangent un regard de connivence. (p. 21)
  3. Martine est heureuse de cette entente revenue. (p. 21)
  4. Unis comme les deux doigts de la main. (p.21)

2. Les qualités de Martine et son frère

Activité pour pages 8-13

Écoutez les pages 8-13. C’est la deuxième fois que Jean agace sa sœur et la deuxième fois que Martine réagit violemment. Exprimez votre opinion sur le comportement de Martine et de son frère Jean.

    • Croyez-vous vraiment que Martine déteste son frère?
    • Croyez-vous vraiment que Martine et Jean se chamaillent (se chicanent) tout le temps?

Assis en cercle, énumérez des qualités (au moins trois) que pourraient avoir Martine et son frère. Ensuite, nommez une personne que vous connaissez qui selon vous possède une des qualités mentionnées.

3. Un bon agent spécial DIRE

Activité pour pages 14-17

Écoutez les pages 14-17. Martine se sent honteuse d’avoir poussé son frère qui est parti à l’hôpital. Seule et triste, Martine a quand même réussi à utiliser des compétences requises pour être un bon agent spécial DIRE.

Quelles sont ces compétences? Référez-vous aux stratégies DIRE. Elle a demandé de l’aide ou sinon du réconfort, en serrant dans ses bras son chien Patapouf. Elle a parlé à son chien Patapouf et surtout à son amie Nicole.

Voir plus des activitesVoir plus d’activités

QUESTIONS APRÈS LA LECTURE

  1. Imaginez que vous êtes le petit frère ou la petite sœur de Martine. Vous les voyez se chamailler. À titre d’agent spécial DIRE, que faites-vous? Je vais chercher de l’aide auprès des parents, de mon gardien ou ma gardienne. Et si vous étiez le grand frère ou la grande sœur, comme agent spécial DIRE, feriez-vous la même chose? Je tenterai probablement de les calmer sans violence de ma part. Si cela ne fonctionne pas, j’irai chercher de l’aide.
Voir plus des questionsVoir plus de questions

ACTIVITÉS APRÈS LA LECTURE

1. Vocabulaire

Voici une série de mots ou d’expressions que vous avez entendus dans le récit Martine, J’adore mon frère (voir section Activités pendant la lecture, vocabulaire) : empoignade, gronder, chiper, exploser de colère, gémissement, se recroqueviller, se cramponner, se chamailler, s’unir comme les deux doigts de la main.

Le téléphone arabe
Debout ou assis en cercle, soufflez dans l’oreille d’un élève un mot tiré de la liste ci-dessus. L’élève à qui on a soufflé le mot le répète dans l’oreille d’un autre élève et ainsi de suite. Le dernier élève à avoir entendu le mot le dit tout haut. Si le mot prononcé tout haut est inexact, un élève le corrige…sans se moquer de lui.

2. Tu gèles, nous gelons et nous trouvons une solution

Demandez aux étudiants de circuler en marchant, dansant, sautant (gymnase, classe, cour arrière de l’école) et dites après un moment « Stop. » Les élèves doivent écouter une phrase déclarative et la compléter, ou écouter une phrase interrogative et y répondre. Si la réponse donnée correspond à une réponse d’un agent spécial DIRE, les élèves peuvent reprendre le jeu et bouger à nouveau. Voici les phrases et les suggestions de réponse :

    • Jean a détruit le château de cartes de Martine. Qu’est-ce qu’elle devrait faire? En parler à ses parents au lieu de se chamailler avec son frère.
    • Jean l’agace quand Martine est devant son ordinateur. Qu’est-ce qu’elle devrait faire? Ignorer ses moqueries. En parler à ses parents au lieu de le pousser violemment.
    • À qui Martine a-t-elle parlé quand elle se sentait seule et triste? Elle « a parlé » à son ami Cédric par ordinateur, elle a parlé à son chien Patapouf et enfin à son amie Nicole.
    • Dans la cour d’école, deux élèves que tu ne connais pas rient de toi? Que fais-tu? Je m’éloigne d’eux, je les ignore ou je vais voir des amis ou un adulte (enseignant).
    • Vous taquinez un ami, mais ce dernier ne rit pas. Il a l’air triste. Que faites-vous? Je m’excuse.
    • Votre grand frère n’arrête pas de se moquer de votre petite sœur qui en pleure souvent. Que faites-vous? Vous demandez à votre grand frère d’arrêter, vous aidez votre petite sœur à dire « stop » à son grand frère ou vous allez en parler à vos parents.

3. Un acte de gentillesse

Martine a mal agi en se chamaillant avec son frère et en le poussant violemment. Toutefois, elle a agi par la suite avec gentillesse en écrivant un mot à son frère, en lui faisant un dessin et en lui donnant un cadeau. Et vous à la maison comme à l’école, avez-vous agi avec gentillesse? Donnez un exemple en dessinant un cœur avec un verbe (si désiré avec un complément du verbe) qui décrit cette action plein de gentillesse. Collez ensuite votre cœur sur votre casier. Aidez les plus jeunes à écrire leur verbe en écrivant leurs suggestions au tableau. Les jeunes peuvent copier la réponse qu’ils ont eux-mêmes suggérée.