Ma princesse africaine

Ma princesse africaine

Ma princesse africaine

Par Christine Palluy

Liens avec DIRELiens avec MENTOR : Montre le bon exemple, Trouve un moyen d’agir, Où en sommes-nous?, Recherche de l’aide
Imprimer cette leçon

Martin, Samir et Faustine accueillent Kamaria dès son arrivée dans leur école. Mais certains se méfient de la nouvelle élève car Kamaria vient d’un autre pays, la Côte d’Ivoire. En explorant et célébrant les origines diverses de tous et chacun, Martin et ses amis vont démontrer la beauté de la diversité.


RÉSULTATS D’APPRENTISSAGE (4-6)

Sélectionnez votre province pour voir les résultats d’apprentisage associés avec cette leçon.


QUESTIONS AVANT LA LECTURE

  1. Ce livre raconte l’histoire d’une nouvelle élève dans une classe. Est-ce que quelqu’un ici vient d’un autre pays? Parles-nous un peu de ton pays.
  2. Peux-tu décrire une fois où tu étais la nouvelle personne dans un groupe? Comment se sentais-tu quand tu étais la nouvelle personne dans un groupe?
  3. Est-ce la couleur de notre peau (ou notre ethnicité) indique quelque chose au sujet de notre caractère?
  4. As-tu des amis qui ont une différente culture ou ethnicité que toi?

QUESTIONS APRÈS LA LECTURE

Chapitre 1
  • D’où viens Kamaria? De la Côte d’Ivoire. Où se trouve ce pays sur la carte du monde? En Afrique de l’Ouest. [Voir page 6 pour une carte du monde.]
  • Martin et Kamaria deviennent des amis bien vite. Pourquoi, selon toi? Que fait Martin pour accueillir Kamaria à l’école? Il s’assoit à côté d’elle, lui pose des questions et utilise son sens de l’humour.
Chapitre 2
  • Rémy et Paulo disent des mots blessants à Kamaria dès son arrivée à l’école. Comment se sent Kamaria? Gênée, triste, seule, etc. Pourquoi se sent-elle ainsi?
  • Martin suggère une solution à Kamaria pour faire face aux commentaires de Rémy et Paulo. Que suggère-t-il? Crois-tu que c’est une bonne idée pour résoudre le problème? Martin lui suggère de se défendre et de dire à l’enseignante que les garçons lui crient des insultes.
  • Martin, Samir et Faustine veulent agir pour faire face aux commentaires blessants de Rémy et Paulo, mais ils ne le font pas. Pourquoi? Parce qu’ils pensent que Rémy et Paulo deviendraient encore plus méchants, soit vers Kamaria ou même envers eux.
  1. Que pourraient faire les amis de Kamaria?
  2. Que pourrait-il se passer s’ils faisaient quelque chose?
  3. Que pourrais-tu faire si tu étais l’ami de Kamaria?
Chapitre 3
  • Ayant trouvé une note avec des commentaires blessants, Mme Dumas, l’enseignante, dit « Pour grandir, il faut comparer ses idées aux idées des autres. Le seul moyen, c’est d’avoir le courage de parler. » Qu’est-ce que ça veut dire, selon toi? Ça peut vouloir dire qu’il faut partager ses idées avec les autres et comprendre leurs points de vue. Insulter les gens sans les comprendre est un geste lâche.
Chapitre 4
  • Martin, Samir, Faustine et Kamaria tiennent une réunion secrète pendant la récré pour trouver une solution aux menaces de Rémy et Paulo. Quelles stratégies de MENTOR appliquent-ils? Note les points de vue et Trouve un moyen d’agir.
  • Pourquoi les quatre amis décident-ils de faire un exposé de tous les pays du monde? Quel est leur but? Ils veulent monter la beauté de la diversité humaine. Ils veulent montrer que tout le monde a des belles choses à partager et que nous sommes tous égaux.
  • Quand les quatre amis partagent leur idée de faire un exposé culturel avec d’autres élèves, ils se retrouvent avec un plus grand groupe de supporteurs. Que se passe-t-il quand on décide d’en parler? Quand on parle de nos problèmes avec des gens en qui on a confiance, on peut trouver des gens qui nous comprennent et qui veulent nous aider.
Chapitre 5
  • Au début de la journée de partage des cultures, Rémy et Paulo ne s’amusent pas avec les autres et essaient de ruiner la fête en lançant des commentaires négatifs. Pourquoi penses-tu? Comment se sentent-ils, selon toi? Ils ont peut-être peur des autres cultures et des idées différentes des leurs. Ils ont peur que les autres élèves ne s’intéresseront plus à eux.
  • Pendant la fête des cultures, Rémy et Paulo lancent quelques commentaires négatifs mais « plus personne ne les écoute. » Pourquoi les autres élèves ne prêtent-ils plus attention à Rémy et Paulo? Parce qu’ils s’amusent à explorer la diversité des cultures. Ils comprennent que Rémy et Paulo n’ont pas raison de dire des méchancetés et ne méritent pas l’attention des autres.
  • Quand M. Kham, le concierge de l’école, vient s’asseoir dans la classe pour parler de son pays d’origine, le Laos, Paulo lance un commentaire raciste. Comment M. Kham réagi-t-il? Il ne prête pas attention au commentaire et il raconte son histoire.
  • À la fin de la journée, Rémy démontre une ouverture envers Kamaria et son patrimoine culturel. Martin croit avoir vaincu l’intimidation de Rémy et de Paulo. Crois-tu que Martin a réussi? Pourquoi ou pourquoi pas?
Liens avec MENTOR : Montre le bon exemple, Trouve un moyen d’agir, Où en sommes-nous? et Recherche de l’aide
  1. Dans ce livre, quels personnages montrent le bon exemple? Que font-ils? Est-ce que M. Kham montre aussi le bon exemple? Martin, Kamaria, Samir, Faustine, l’enseignante Mme Dumas, M. Kham.
  2. Martin, Samir, Faustine et Kamaria veulent agir pour faire cesser l’intimidation. Que font-ils pour trouver un moyen d’agir? Ils se rencontrent pendant la récré et font un remue-méninge pour trouver des solutions.
  3. À un certain moment dans l’histoire les quatre amis recherchent de l’aide d’un adulte, leur enseignante. Penses-tu qu’ils ont pris la bonne décision? Avec l’aide de l’enseignante, le petit groupe gagne l’appui de la classe entière vers une solution à la situation.
  4. À la toute fin de l’histoire, Rémy semble apprécier la diversité et la présence de Kamaria dans la classe, et Martin et Kamaria ont l’impression que l’oppression dont elle était victime est terminée. Quelle stratégie de MENTOR Martin utilise-t-il? Martin fait un retour sur la situation et sur l’impact de ses actions. Il utilise « Où en sommes-nous? » et voit que l’action qu’ils ont pris (l’exposé culturel) a porté fruit.

ACTIVITÉS APRÈS LA LECTURE

1. Le pays de Kamaria

Kamaria vient de la Côte d’Ivoire, un pays de l’Afrique de l’Ouest. Que savons-nous au sujet de la Côte d’Ivoire? À quoi ressemble le mode de vie des gens qui y habitent? Quelles cultures s’y trouvent? Y a-t-il des symboles officiels? Quelles sont certaines différences entre la vie en Côte d’Ivoire et la vie au Canada?

Exercise

Divisez la classe en petits groupes et assignez un des sujets suivants à chacun d’entre eux :

Demandez à chaque groupe de faire une recherche sur leur sujet et de préparer une affiche, un collage, un glogster ou une présentation orale pour le reste de la classe. Demandez aux élèves de trouver au moins deux similitudes et deux différences entre la vie en Côte d’Ivoire et la vie dans votre région du Canada, toujours en lien avec leur sujet particulier. Cette carte du monde identifie l’emplacement de la Côte d’Ivoire et du Canada.

2. Un pays à découvrir

Demandez aux élèves de remplir la feuille Un pays à découvrir en faisant une recherche sur un pays de leur choix (ou assignez les pays vous-même). En petits groupes, les élèves présenteront leur pays, en mettant l’accent sur des similitudes et des différences entre le pays et leur région du Canada.

3. Regarder-Ressentir-Agir

Demandez à vos élèves d’imaginer une situation où ils voient des gens se moquer de quelqu’un ou en train d’intimider quelqu’un. Puis, distribuez la feuille Regarder-Ressentir-Agir.

  1. Demandez aux élèves de remplir la feuille en décrivant leur situation imaginée. Comment se sentiraient-ils, comment pourraient-ils agir pour aider?
  2. Au tableau ou à l’aide d’un projecteur, répliquez le tableau Regarder-Ressentir-Agir et guidez une discussion au sujet des situations du livre. Martin, Samir et Faustine étaient tous des témoins : qu’ont-ils vu et entendu? Comment se sentaient-ils? Comment pouvaient-ils aider? Est-ce que leurs actions ont mené à une solution, qu’elle soit partielle ou complète?

4. Coton et papier sablé

Matériaux

      • Boîte – n’importe quelle grandeur fonctionne. Une boîte avec un couvercle qui s’enlève serait utile.
      • Colle
      • Ouate de coton – pour coller sur un côté de la boîte
      • Papier sablé (de rugosité élevée pour le ressentir sur les doigts) – pour coller sur l’autre côté de la boîte

Exercice

Avec la boîte recouverte de coton d’un côté et de papier sablé de l’autre, expliquez aux élèves que vous allez parler au sujet des mots qui font mal et des mots qui font du bien. Faites le tour de la classe avec la boîte, donnant la chance à chaque élève de toucher la boîte pour que chacun puisse ressentir la différence entre le coton et le papier sablé. Parlez de la sensation laissée par les deux côtés sur le bout des doigts.

Une fois que les élèves aient exprimé que le coton est doux, faites un lien avec nos paroles. Les mots aussi peuvent nous être doux; que ce soit un compliment (j’aime ta chemise, tu es un bon ami), de la politesse (svp, merci, pardon) ou en parlant pour soi-même (je me sens…, j’aimerais…).

Puis, passez au papier sablé, qui est rugueux au touché et fait mal aux doigts. Parfois, des mots peuvent avoir le même impact sur nous. Se moquer des autres ou s’insulter peut faire mal comme du papier sablé.

Pour terminer l’activité, posez les questions suivantes:

  • Dans le livre, est-ce que certains personnages montraient le bon exemple en utilisant des mots de coton?
  • À la fin de l’histoire, penses-tu que la majorité des personnages comprennent que des mots de papier sablé peuvent vraiment blesser les gens et qu’il est préférable d’utiliser des mots de coton?

5. Ce que je ressens; une leçon sur la compassion

La compassion est l’émotion ressentie lorsque nous sommes témoins de la souffrance d’une autre personne. Lorsque nous ressentons de la compassion pour quelqu’un, nous sommes souvent motivés à offrir de l’aide.

Discussion

Choisissez entre cinq et huit images qui illustrent de la compassion. Vous pouvez prendre des images du livre (pages 15, 19, 27, 34) ou de la feuille la compassion en images. Par exemple :

      • Être gentil
      • Démontrer de l’empathie
      • Appuyer quelqu’un
      • Venir en aide à quelqu’un, s’entraider

Demandez aux élèves de dire ce qu’ils voient dans les images et de trouver le point en commun. Un point en commun est la « compassion » : écrivez le mot au tableau.

Demandez aux élèves de penser à des définitions ou des exemples de la compassion et ajoutez-les au tableau, en ajoutant des mots de vocabulaire. Voici quelques exemples :

      • La compassion, c’est comprendre les émotions de l’autre.
      • La compassion, c’est avoir de l’empathie pour les autres.
      • La compassion, c’est faire preuve de gentillesse par les paroles, les pensées et les actions.
      • La compassion, c’est donner le meilleur de soi pour quelqu’un d’autre.
      • La compassion, c’est écouter et être patient.
      • La compassion, c’est se lever et dénoncer les injustices.

Exercice

Posez les questions suivantes à la classe :

      • Où voyons-nous de la compassion dans notre école?
      • À quoi reconnait-on cette compassion? La ressentons-nous? L’entendons-nous?

Lorsque des élèves répondent, encouragez-les à décrire l’acte de compassion en utilisant un vocabulaire spécifique quant aux comportements des gens impliqués. Par exemple :

      • Inclure des enfants qui sont délaissé sur le terrain de jeu
      • Défendre une personne qui se fait taquiner
      • Aider quelqu’un qui est en douleur ou qui a de la peine
      • Accueillir une nouvelle personne à l’école
      • Aider un ami avec ses devoirs

Divisez la classe en groupes de trois. Chaque groupe aura dix minutes pour penser à un exemple d’une situation qui illustre la compassion et préparer une façon de le présenter à la classe, soit par une scénette, un poème, un dialogue, un dessin collectif, une chanson, etc. Demandez aux groupes de partager leur situation avec la classe.

 
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire